drapeau breton au bout d'un mat

Des élus pour l’enseignement du breton

By Erwan

De nombreux élus nantais déplorent le manque de bretonnants. Il est regrettable que cette pénurie empêche l’ouverture de classes bilingues.

Quels sont les moyens d’enseigner le breton en tant que langue ? Les élus de la métropole nantaise s’inquiètent du manque d’enseignants qui freine la scolarisation bilingue breton/français.

Selon le rapport, il est nécessaire de former suffisamment d’enseignants pour permettre l’ouverture de classes et répondre à une demande croissante des familles.

Des conventions de formation dans de bonnes conditions

Les élus demandent que le recteur ou le directeur académique permette à ceux qui le souhaitent de se former dans de bonnes conditions de travail. En contrepartie, ils s’engagent à prendre en charge tous les frais de formation et à verser l’intégralité du salaire pendant toute la durée de la formation. Les deux conventions à mettre en place pour y parvenir sont les suivantes : Une entre l’Office national de la langue bretonne (OPLB), les collectivités locales, l’Office national de l’éducation et l’Office national de l’éducation nationale. Il y a aussi un regroupement entre l’Education nationale, l’université et l’OPLB. « Des conventions comme celle-ci ont été créées dans l’académie de Bordeaux pour le basque et l’occitan.

En avril dernier, la rectrice a également été interpellée par des parents d’élèves et des enseignants, qui lui ont demandé d’encourager le breton. Ils ont déposé une enveloppe géante devant la place Bretagne et le bureau de poste de Nantes. Ils réclament également des conventions entre l’éducation nationale et les collectivités locales.

Deux nouvelles formations doivent être ouvertes dans le département au lycée Leloup-Bouhier à Nantes et au lycée Paul-Fort à Saint-Brevin.

Laisser un commentaire