Nantes, colère des commerçants non sédentaires

By Erwan

Dans la ville dynamique de Nantes, un conflit émerge entre les commerçants non sédentaires du marché de la Petite-Hollande et l’administration municipale. Confrontés à une réduction drastique de leur espace de vente due aux projets d’aménagement urbain, ces commerçants expriment leur désarroi et craignent pour leur avenir.

Cet article explore la complexité de cette situation, les réactions politiques et les témoignages poignants des marchands, tout en anticipant les possibles issues de cette crise.

Malaise des Marchands de Nantes

Dans la charmante ville de Nantes, au cœur de la région Pays de la Loire, un vent de colère souffle parmi les commerçants non sédentaires du marché de la Petite-Hollande. Ces marchands, véritables piliers de la vie locale, se trouvent aujourd’hui face à une menace pesante : la réduction drastique de leur espace de vente.

Cette situation alarmante, qui cristallise les tensions, a récemment culminé lors d’une confrontation directe avec Johanna Rolland, maire de Nantes, lors de ses vœux à Nantes nord.

L’Épicentre du Conflit : Le Marché de la Petite-Hollande

La Réduction de l’Espace : Un Coup Dur pour les Commerçants

Le marché de la Petite-Hollande, situé en plein cœur de la ville, symbolise un point de rencontre essentiel pour les habitants. Mohammed Benhaddou, président du syndicat des commerçants de Bretagne/Pays de la Loire, soulève une inquiétude majeure : la réduction prévue de l’espace de marché de 11 000 m² à 6 000 m². Cette diminution, prévue dans le cadre des travaux d’aménagement urbain, menace directement le gagne-pain de nombreux commerçants, certains y travaillant depuis des décennies.

« Ce n’est pas possible d’évincer des commerçants », affirme Benhaddou.

Une Réaction Politique Immédiate

Face à cette situation, une lettre de doléances a été remise à Johanna Rolland. La maire de Nantes, consciente de l’importance du marché, a pris le temps d’écouter les voix en colère et s’est engagée à maintenir ce marché populaire. Elle promet également un dialogue imminent entre les commerçants et son premier adjoint, Bassem Asseh, ainsi que Hervé Fournier, responsable des marchés.

A lire également :   Nantes, place Bretagne : Intersport a rouvert

Le Témoignage d’un Marchand : La Lutte pour la Survie

Daniel, vendeur de chaussures depuis 30 ans sur le marché, exprime une détresse profonde : la disparition du marché signifierait pour lui une perte irréparable.

« J’ai trois enfants à nourrir et un loyer à payer. Je ne vois pas comment m’en sortir si jamais je n’ai plus le droit d’y travailler », confie-t-il.

Des Solutions Envisageables : Vers un Compromis ?

Une Proposition Pragmatique

Mustapha, commerçant non sédentaire depuis 25 ans, propose une solution simple : l’utilisation hebdomadaire du parking de la piscine durant le marché. Cette idée n’est pas nouvelle, elle a déjà été mise en pratique lors du déconfinement pour respecter les distances entre les stands. Mustapha insiste sur le caractère serein et pacifique de leur démarche.

L’Attente d’une Issue Favorable

Une Rencontre Décisive

Les commerçants non sédentaires ont suspendu toute action de protestation en attendant la rencontre cruciale avec le premier adjoint ce mercredi 31 janvier. Cette réunion est vue comme une opportunité de trouver un terrain d’entente et d’assurer la pérennité du marché de la Petite-Hollande.

Une Ville à la Croisée des Chemins

L’avenir du marché de la Petite-Hollande et de ses commerçants non sédentaires reste incertain. La ville de Nantes, célèbre pour son dynamisme et son attachement aux traditions locales, se trouve aujourd’hui à un tournant. La décision finale, attendue avec impatience, déterminera non seulement le sort de nombreux marchands mais reflétera également la vision de la ville en termes de préservation de son patrimoine vivant et de soutien à l’économie locale.

Laisser un commentaire